Antoine Brassard a commencé au Festival western

Antoine Brassard a commencé au Festival western

RODÉO. Adepte de la compétition de rodéo sur taureau depuis maintenant quatre ans, Antoine Brassard, qui participe à des compétitions équestres depuis 7 ans déclare sans retenue que la tenue du Festival western de Dolbeau-Mistassini a été pour lui une façon de s’intéresser à ce sport et à le pratiquer.

« Je suis toujours heureux de participer chez nous, au Festival western, à diverses compétitions. Cela me permet d’y accueillir mes copains puisque dans ce sport, il n’y a pas d’adversaires », commente Antoine, qui en est à sa deuxième année sur le circuit « professionnel » québécois en rodéo sur taureau.

À l’âge de 11 ans, Antoine participe pour la première fois à une compétition de Gymkhana dans le cadre du Festival western. À l’âge de 14 ans, il s’inscrit comme junior dans les compétitions de rodéo. « J’ai tout de suite eu la piqure et l’adrénaline que procure le fait d’être sur le dos d’un taureau est quelque chose que l’on recherche », commente le jeune cowboy qui vise à être parmi les meilleurs après avoir connu du succès dans les rangs juniors.

Avec les meilleurs

Comme compétiteur en rodéo sur taureau, Antoine participe à une trentaine de compétitions au cours de la forte saison soit de mars à octobre, au Québec et en Ontario. Afin de pouvoir pratiquer ce sport avec de bonnes techniques, son père, Normand Brassard, lui a payé des formations auprès des meilleurs aux États-Unis. « On réussit à performer dans ce sport en étant en bonne condition physique, mais surtout par les encouragements des autres compétiteurs », précise Antoine en indiquant qu’il s’agit d’un sport individuel, mais qui se pratique en équipe.

Au Québec, on compte une cinquantaine d’adeptes de rodéo sur taureau, sur le circuit professionnel. Le jeune cowboy dolmissois se dit fier de faire partie de cette équipe qui se retrouve chaque fin de semaine en compétition en vue de la finale de la Coupe Canada qui se tient à Saint-Tite.

Le chemin qui conduit vers les victoires est toutefois ardu pour le jeune cowboy. Si au niveau junior il a su se classer parmi les meilleurs, au niveau professionnel, la force, la grosseur et la férocité des taureaux rendent plus difficile le simple fait de se classer. Depuis le début de la présente saison, Antoine est à la recherche d’un premier temps homologué.

« Pour pouvoir être chronométré officiellement par les juges, le cowboy doit être en piste au moins huit secondes », explique son père Normand. Cela ne décourage pas Antoine qui, compétition après compétition, se retrouve en lice afin de pouvoir obtenir un temps pour participer à la finale.

Si pour le moment la préoccupation du jeune cowboy est de terminer ses études, il avoue vouloir faire une carrière dans ce milieu et s’inscrire à des tournois internationaux qui se déroulent chaque année en Oklahoma. « J’aimerais représenter mon pays et ma ville à une telle compétition internationale », philosophe Antoine Brassard.

Partager cet article