42 ans à l'emploi de la Ville de Dolbeau-Mistassini : Carol Lamontagne a découvert une autre sorte d’école

42 ans à l'emploi de la Ville de Dolbeau-Mistassini : Carol Lamontagne a découvert une autre sorte d’école
À la sortie de son quart de travail au volant de la niveleuse

RETRAITE. Le plus ancien employé encore actif au sein de l’administration municipale de Dolbeau-Mistassini, Carol Lamontagne, prendra le chemin de la retraite le 27 avril prochain, après 42 ans de services, alors que le 2 mai suivant, il fêtera son 62e anniversaire.

Âgé d’à peine 18 ans, il arrive tout fringant à l’hôtel de ville un certain 1er décembre de 1974. Il était prêt à faire toutes les tâches qu’on voulait bien lui attribuer.

« Je venais de lâcher l’école et mon père m’a dit, que je devais aller travailler maintenant », se rappelle-t-il encore très bien aujourd’hui.

Il commence comme concierge à l’hôtel de ville et assumera diverses responsabilités au fil des années. Il a travaillé dans les égouts, réparé des ponceaux, des tuyaux d’aqueduc, changé des lampadaires, ramoné des cheminées, etc. Il a aussi conduit le tracteur pour le nettoyage de la glace de l’aréna, bien avant l’arrivée de la zamboni. Il a travaillé aussi à l’usine de filtration à l’assainissement des eaux et ces dix dernières années, il est superviseur aux travaux publics en aménagement du territoire.

« J’adore la machinerie, tout ce qui roule, tout ce qui est mécanique. Je me souviens encore très bien avoir conduit la toute première fois la niveleuse pour déneiger le centre-ville. Le cœur me débattait et j’étais en sueur. Finalement, ça s’est bien passé. J’ai tout de suite aimé me retrouver au volant de cette machine, et encore aujourd’hui », dit celui qui déneigeait encore les rues, pas plus tard que la semaine dernière.

Tutelle, grèves, fusion

Carol Lamontagne était là à l’époque de la mise en tutelle de la Ville de Dolbeau, au milieu des années 1970. Il avait à peine plus de 20 ans.

Il a aussi vécu deux conflits de travail, une grève de sept semaines et une deuxième de deux semaines, les deux fois sous l’administration du maire Henri-Paul Brassard.

La fusion de Dolbeau et de Mistassini, en 1997, a eu pour effet d’élargir encore la diversité des interventions par les travaux publics, et ce, sur un immense territoire. « Nettoyer et restaurer des ponceaux, il n’y avait pas ça à Dolbeau. Beaucoup de kilomètres de chemin étaient maintenant à considérer pour l’entretien et les réparations. Vraiment, mes diverses tâches depuis 1974 ont été pour moi une école professionnelle extraordinaire », affirme-t-il.

À quelques semaines de la retraite, Carol Lamontagne ne craint pas de s’ennuyer, bien au contraire. Il veut profiter de la vie plus que jamais et surtout de la vie en plein air. « J’aime la pêche et la chasse, la motoneige l’hiver. J’ai un camp en forêt, mais pas trop loin de la ville. Je vais avoir du temps pour apprécier davantage. Je veux faire aussi des rénovations à ma maison. Lorsqu’on travaille, on remet toujours à plus tard certaines tâches et travaux. Je n’aurai plus d’excuses », conclut en riant celui qui est aussi président du Club Panache et qui veut continuer de faire du bénévolat.

 

Partager cet article