«Je serai le porte-parole du Lac-Saint-Jean à Ottawa, pas l’inverse» -Richard Hébert

«Je serai le porte-parole du Lac-Saint-Jean à Ottawa, pas l’inverse» -Richard Hébert

Richard Hébert.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Tout frais élu à la Chambre des communes, le nouveau député de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, aborde son mandat avec sérieux et humilité. Encore ému d’avoir obtenu la confiance de ses concitoyens, il entend faire valoir, avec véhémence, les intérêts du Lac-Saint-Jean.

«Plusieurs choses me tiennent à coeur, mais surtout, je vais me concentrer à être le porte-parole du Lac-Saint-Jean à Ottawa, pas l’inverse. Je serai un député dans l’action, mais je serai toujours Richard Hébert. Je ne changerai pas de personnalité ».

Richard Hébert ne le cache pas, il a fait le saut en politique fédérale parce que les astres étaient bien alignés en sa faveur. Son plan initial était de solliciter un second mandat à la mairie de Dolbeau-Mistassini, plan qui a été bousculé par la démission de Denis Lebel.

«J’ai pris cette décision parce que l’opportunité était présente et que je savais qu’à 58 ans, elle ne se représenterait pas pour moi. J’étais confiant de l’emporter, mais préférais envisager d’en sortir en me disant je suis passé proche, plutôt que j’aurais dont dû!»

Ottawa-Lac-Saint-Jean

La capitale canadienne n’est pas la porte à côté. Richard Hébert amorcera bientôt ses démarches pour se trouver un loyer à Ottawa, où il devra passer ses semaines pour revenir dans le comté les weekends.

«Ma conjointe va m’accompagner et on va regarder quels arrangements on va pouvoir prendre, par rapport aux études de ma fille. Chose certaine, ce fut une décision familiale murement réfléchie.»

L’équipe qui l’appuiera sur le terrain sera connue d’ici peu et son bureau de comté principal sera situé à Dolbeau-Mistassini, avec un bureau secondaire à Alma.

Une antenne dans la MRC du Domaine-du-Roy est aussi envisagée.

Élections de 2019

Richard Hébert l’affirme d’emblée, l’élection fédérale de 2019 est déjà débutée. Il entend se donner le temps de faire ses apprentissages, mais comme il arrive à mi-mandat au Parlement, le temps filera rapidement.

«Ce que je peux promettre aux gens, c’est que je vais travailler d’arrache-pied pour maintenir la confiance qu’ils m’ont témoignée. C’est une grande responsabilité que je souhaite remplir avec beaucoup d’humilité.»