La fin pour les érables… de la rue des Érables?

La fin pour les érables… de la rue des Érables?

Les érables argentés sont reconnus pour poser problème avec leurs racines.

La rue des Érables sera-t-elle parsemée d’érables encore longtemps? Plusieurs citoyens ne seraient certainement pas fâchés de ne plus avoir à composer avec quelques-uns des spécimens, dont les racines posent des problèmes à leurs propriétés. 

Une citoyenne du secteur, Claudette Larouche, a exposé les nombreux incidents avec lesquels, elle et son conjoint, ont dû composer, depuis qu’ils ont acquis une résidence sur la rue des Érables, dans les années 80.

Le couple demande à ce que l’érable argenté, situé près de leur propriété, soit abattu pour enfin régler la situation.

Depuis 1996, au moins cinq interventions des Travaux publics ont été nécessaires, en raison de tuyaux bloqués par les racines de l’arbre.

Et c’est sans compter les frais encourus par les propriétaires, que ce soit pour des travaux de réparation ou encore en primes d’assurance à la hausse suite à des réclamations pour bris.

«La preuve a été faite, à plusieurs reprises, que les racines débordent et causent des problèmes. Ce sont des coûts pour le contribuable parce que la ville doit intervenir et ce sont des coûts pour nous aussi. On a été patient et de bonne foi, je crois qu’il est temps qu’on abatte cet arbre», a fait valoir Mme Larouche.

Variété d’érables interdite

En fait, l’érable argenté est une variété connue pour poser problème avec son système racinaire.

Dans plusieurs municipalités, c’est une espère interdite et c’est d’ailleurs le cas à Dolbeau-Mistassini, où il est désormais interdit d’en planter.

D’autres citoyens de la rue des Érables ont aussi eu à composer avec des problèmes, liés à ce type d’arbre, de sorte que, pour plusieurs, il est temps de passer à autre chose.

«Nous, on recommanderait même d’abattre tous les érables de la rue des Érables. La ville pourrait simplement planter d’autres arbres à la place.»

Le maire Richard Hébert a promis une décision rapide, quant aux doléances des citoyens concernés.