La Ferme Technord de Girardville se modernise au coût de 1 M$

La Ferme Technord de Girardville se modernise au coût de 1 M$

Diane Lamontagne

La Ferme Technord de Girardville s’est mise à l’heure de la modernité et apporte ainsi au couple copropriétaire Pierre Gagné et Mélissa Verreault de meilleures conditions de travail, une meilleure qualité de vie et une plus grande productivité.

La robotisation, ça change pas le monde, mais… Quelque part, oui, ça change un peu le monde, dira Mélissa Verreault. Avec le robot de traite, la vie est beaucoup plus facile pour les agriculteurs, qui sont de plus en plus nombreux à posséder maintenant cet équipement. « J’ai l’impression de revivre », n’hésite pas à dire l’agricultrice.

Le couple vient d’investir un peu plus d’un million de dollars avec la construction d’un nouveau bâtiment laitier ultra moderne. Il a conservé quand même la ferme initiale, tout juste en face, dans le rang Notre-Dame. En plus de la traite, l’alimentation des vaches, l’écurage et la ventilation profitent aussi de la modernisation.

« La traite des 58 vaches en lactation est maintenant assurée par un robot et l’ensemble des équipements entourant les nouvelles installations est automatisé », poursuit Mélissa Verreault

Moins physique qu’avant

« C’est une fierté et l’aboutissement d’un rêve cette modernisation. Et le robot de traite a changé notre vie, ce qui nous laisse beaucoup plus de temps pour d’autres tâches, pour la famille et aussi pour notre couple », apprécie Mélissa Verreault.

« Il est possible maintenant d’aller voir les proches, les amis, souper en famille ou encore prendre une fin de semaine rien qu’à nous. Ça fait une grosse différence des habituels sept jours par semaine et 365 jours par an. Oui, c’est beaucoup de travail encore la ferme, mais la qualité de vie s’est grandement améliorée. C’est l’avenir de la relève agricole », croit-elle.

Puisqu’un robot de traite exige que les vaches circulent librement, un nouveau bâtiment était alors nécessaire.

Parce que la réalité, c’est qu’il est toujours difficile pour les agriculteurs de recruter de la main-d’œuvre qualifiée, souvent à cause des conditions de travail qui les attendent.

La Ferme Technord est la dernière ferme laitière à Girardville, mais l’agriculture est bien vivante, disent ses artisans.
Travailleuse sociale de formation, Mélissa Verreault est en congé de sa profession jusqu’en 2018. Il est bien possible qu’elle opte pour un temps plein agricole avec son conjoint Pierre, lui aussi un agriculteur passionné. Ce dernier est un entrepreneur dans l’âme et depuis son arrivée à la ferme, il travaille à faire croître l’entreprise, particulièrement par l’acquisition de quotas. Le nombre de bêtes est aussi en progression, avec aujourd’hui une centaine de têtes.

Il était devenu difficile, voire impossible, de poursuivre une croissance dans les anciens bâtiments. Surtout que la qualité de lait produit a doublé depuis 2003. Le couple a fondé une famille de cinq enfants, âgés entre 10 mois et 8 ans.

« C’était le bon moment d’investir pour nous qui avons chacun 35 ans. On a encore devant nous une bonne trentaine d’années dans l’agriculture », conclut Mélissa Verreault.