Des Dolmissois au marathon de Las Vegas

Des Dolmissois au marathon de Las Vegas

Les membres du Club du Mile qui seront à Las Vegas.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Il y aura un peu de Dolbeau-Mistassini à Las Vegas, le 12 novembre, alors qu’une dizaine de Dolmissois participeront au marathon Geico rock’n’roll Las Vegas.

Neuf membres du Club du Mile et un dixième participant s’envoleront, vers la capitale du jeu, le 9 novembre, dans le but de participer à cet événement qui réunit plus de 40 000 participants sur la <@Ri>Strip<@$p>, l’endroit où l’on retrouve nombre de casinos et de grands hôtels.

Paul Morel, Mélanie Perron, Christian Ménard, Marie-France Pichette, Dary Pronovost, Julie Tremblay, Jocelyn Gagné, Geneviève D’Aoust, Serge Tremblay et Céline Villeneuve tenteront de relever ce défi sportif d’envergure.

En fait, deux d’entre eux s’attaqueront au marathon, tandis que les autres chercheront à compléter un semi-marathon.

«On ne le fait surtout pas dans un but compétitif, explique Paul Morel. Le but premier, c’est le plaisir et le défi personnel que représente cette distance à courir. Ce sera toute une expérience de le faire de nuit, en compagnie de 40 000 personnes!»

Entraînement sérieux

Le projet a germé dans la tête du groupe au cours de l’été.

«On participe à des événements dans les environs ou encore à Québec, mais on s’est dit pourquoi ne pas en vivre un qui serait vraiment spécial. Celui de Las Vegas avait l’avantage d’avoir lieu à l’automne, donc ça nous laissait l’été pour nous préparer.»

Les athlètes se sont donc mis à l’entraînement en participant aux sorties du Club du Mile, mais ont aussi respecté un programme de préparation à une longue distance, mis au point par Jocelyn Gagné, l’entraîneur du Club du Mile et lui-même un participant à l’aventure.

Sport accessible

Le groupe est constitué d’adultes qui représentent différents groupes d’âges, comme quoi la course à pied demeure un sport accessible.

«Le Club du Mile est fréquenté par des gens dans de 30, 40, 50 ans et même plus. Dans notre cas, nous sommes des gens qui ont pour la plupart œuvré dans des milieux, où nous étions sensibles au mieux-être et aux saines habitudes de vie.»

Certains d’entre eux en seront d’ailleurs à une première tentative pour courir une si longue distance.

  • Guylaine Pronovost

    Bonne chance à mon neveu Dary et Mélanie ainsi qu’à toute l’équipe