Le Club Rotary en appui aux familles de personnes assassinées ou disparues

Une cause à faire connaître

Serge Tremblay serge.tremblay@tc.tc
Publié le 10 janvier 2017

La présidente Martine Genest est entourée de Nicole Bau, Jeannine Caouette, Romuald Potvin et Karine Potvin.

©TC Media - Serge Tremblay

DEUIL. Le Club Rotary de Dolbeau-Mistassini a choisi de se mettre au service d’une cause qui sort de l’ordinaire cette année, soit celle des familles de personnes assassinées ou disparues du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pour la présidente en poste du Club Rotary, Martine Genest, cette décision découle de son amitié avec Nicole Bau, la mère de Chéryl Bau-Tremblay, cette jeune femme qui a été froidement assassinée en août 2015.

« Ça part de mon amie Nicole, qui a vécu ce drame. Moi, j’ai quatre enfants en santé et je suis très chanceuse. On n’est pas à l’abri de ce genre d’événement. En parlant avec Nicole, j’ai compris que ces gens-là manquent de moyens. Pour moi, c’est une cause qui est bonne et qui mérite d’être connue », a indiqué Martine Genest.

L’Association des familles de personnes assassinées ou disparues du Saguenay-Lac-Saint-Jean (AFPAD) est donc l’œuvre locale que se propose d’appuyer le Club Rotary avec son activité « Les Fantaisies du Rotary », qui se tiendra le 27 janvier, au Météore Bar & Grill de Dolbeau-Mistassini.

Cette soirée qui se déroulera sous le thème « Black & White & Casino » se voudra l’occasion pour les participants de se vêtir d’habits chics en noir et blanc pour participer à une activité où les jeux de casino seront à l’honneur. On vise à amasser 12 000$, dont 5 000$ seront consacrés à l’AFPAD.

L’activité sera par ailleurs sous la présidence d’honneur du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, que l’on connaît pour son implication auprès des familles de personnes assassinées et disparues. Il sera en outre présent à Dolbeau-Mistassini pour l’occasion.

Des billets sont disponibles en communiquant avec le 418-618-3118.

Un service nécessaire

Pour Nicole Bau, qui agit à titre d’ambassadrice pour l’AFPAD de la région, les services offerts par l’organisme sont une nécessité auprès des familles qui doivent vivre quotidiennement avec le souvenir d’une personne assassinée ou disparue.

« Il y a toujours des Noël, des fêtes et des journées qui sont plus difficiles. Cette douleur est toujours présente. Le but, c’est d’arriver à financer nos rencontres mensuelles. Ici, on a cinq familles dans le secteur qui sont touchées. Quand on se rencontre, c’est le moment où on peut ventiler et évacuer entre personnes qui vivent une même réalité », explique Nicole Bau.

« C’est une solidarité dont on a besoin. Se tenir ensemble nous permet de s’épauler, car on a de gros deuils à faire », renchérit Jeannine Caouette, dont la fille a été assassinée en 2000.

Le regroupement régional de l’AFPAD souhaite démontrer qu’il est possible de s’offrir les services nécessaires en région. L’appui du Club Rotary constitue ainsi un pas d’importance pour financer certaines activités et faire connaître l’Association.