Les élèves porteront fièrement l’héritage du Juvénat

Serge Tremblay serge.tremblay@tc.tc
Publié le 21 juin 2016
Carollanne Gauthier et Allyson Goudreault n’ont pas hésité un instant à témoigner de leur attachement au Juvénat Saint-Jean. 
TC Media - Serge Tremblay

ÉDUCATION. Ce mardi 21 juin, les derniers élèves à avoir fréquenté le Juvénat Saint-Jean de Dolbeau-Mistassini ont quitté l’établissement, qui fermera définitivement ses portes après 67 ans d’existence. L’héritage légué par l’institution sera toutefois porté avec fierté par les élèves.

En se rendant sur place mardi en fin d’avant-midi, TC Media a pu rencontrer deux des dernières étudiantes à avoir franchi les portes de l’école. C’est avec empressement qu’elles ont accepté de témoigner de leur attachement à cette école privée qui a forgé leur adolescence jusqu’à ce jour.

« Moi, personnellement, je ne le réalise pas encore. C’est vraiment quand je vais mettre les pieds dans la polyvalente que je vais le réaliser », souligne Carollanne Gauthier, étudiante de 4e secondaire.

Elle et son amie Allyson Goudreault ont certaines appréhensions à rejoindre l’école publique après avoir fréquenté le Juvénat Saint-Jean depuis le début de leur parcours secondaire. La chimie qu’elles ont pu vivre avec les enseignants du Juvénat ne pourra pas être la même au public.

« Le midi on est avec les profs, entre les cours on est avec les profs. On était avec les profs tout le temps, tandis qu’au public ce n’est pas sûr qu’on sera aussi proches des profs que ça », mentionne Allyson Goudreault, qui n’a que de bons mots pour le corps enseignant du Juvénat.

Un nouvelle qui a frappé

Les deux étudiantes ne le cachent pas, elles ont été secouées par l’annonce de la fermeture du Juvénat. Elles n’avaient jamais imaginé terminer leur secondaire ailleurs que dans cette école.

« Avant qu’ils nous annoncent cette nouvelle-là, on s’était toutes faites à l’idée que l’on voudrait que notre bal soit fait de telle façon ou encore que l’année prochaine on serait assise à tel endroit », précise Carollanne Gauthier.

« L’an prochain, nous allons avoir un bal avec des profs qu’on ne connaît pas, tandis qu’ici c’était comme une famille. C’était comme un peu nos parents », de poursuivre Allyson Goudreault.

Triste mais…

C’est avec beaucoup de tristesse que les élèves du Juvénat ont accueilli la fermeture de leur école. Ils comptent toutefois continuer à en être des ambassadeurs.

« C’est dur, ce n’est pas facile. C’est triste, mais par contre, on va tous garder les bonnes choses qu’ils nous ont données. Le respect, vivre avec les autres, ce sont des valeurs qu’on va garder avec nous et on va montrer que oui, on vient du Juvénat », lance Carollanne.

« On va arriver au public et on n’aura pas honte de dire qu’on vient du Juvénat », d’ajouter Allyson en guise de conclusion. —S.T.