Sections

Prix du bleuet : les dés sont pipés croit le producteur Daniel Gobeil


Publié le 7 août 2017

Bleuets.

©TC Media - Serge Tremblay

ÉCONOMIE. Le producteur de bleuets Daniel Gobeil, très critique envers le modèle actuellement en place dans l’industrie du bleuet au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ne voit pas comment les producteurs pourront obtenir un juste prix avec la saison à venir.

Après une récolte exceptionnelle l’année dernière, les prévisions sont davantage à l’effet d’un retour à la normale pour la saison 2017 du bleuet en termes de volume. Déjà, cependant, des prix bas ont été évoqués, bien que le véritable prix qui sera offert aux producteurs n’ait pas encore été fixé au moment d’écrire ces lignes.

« On a un président (le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec) qui déclare publiquement que les congélateurs des transformateurs sont pleins et que le prix va être à la baisse. Comment voulez-vous que les producteurs obtiennent la juste valeur pour leur produit? », lance Daniel Gobeil.

Celui-ci se questionne quant aux sources qui permettent au président du SPBQ, Ghislain St-Pierre, d’affirmer que les congélateurs des transformateurs sont pleins.

« Devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec en 2016, M. Jean-Pierre Senneville de Bleuets sauvages du Québec a affirmé qu’il n’avait pas de difficultés à écouler les récoltes. Sur quoi se base notre président pour déclarer que les congélateurs sont pleins. Le discours de M. St-Pierre s’apparente plus à celui d’un employé d’usine de transformation qu’à celui d’un leader syndical », affirme Daniel Gobeil.

Des résolutions demeurées lettres mortes

Lors de la dernière assemblée générale des producteurs de bleuets, Daniel Gobeil avait fait adopter deux résolutions pour mandater un organisme indépendant pour trouver de nouveaux débouchés et de nouveaux transformateurs de même que pour confier à une firme d’avocats le mandat de mener une vérification complète des données comptables des transformateurs.

Bien qu’adoptées en assemblée, ces résolutions semblent avoir été écartées par le conseil d’administration du Syndicat. « Nos règlements sont pourtant clairs, le conseil d’administration est l’exécuteur des décisions de l’assemblée générale. Actuellement, c’est l’intérêt des transformateurs qui est défendu, pas celui des producteurs », clame Daniel Gobeil.